Rotary Club of Port-au-Prince works to help children afflicted with congenital heart disease receive

Rotary Club of Port-au-Prince works to help children afflicted with congenital heart disease receive

Le Rotary Club de Port-au-Prince  a organisé samedi,  à l’hôtel Montana, un forum sur la pédiatrie cardiologique en Haïti. L’objectif ? Réunir tous les partenaires et institutions impliqués dans la chirurgie cardiaque en vue d’aboutir à une action commune sur les interventions chirurgicales en Haïti, principalement pour les enfants.

Depuis quelques années, le Rotary Club de Port-Au-Prince, doyen des clubs Rotary d’Haïti, permet à des enfants nés avec une malformation cardiaque, surtout ceux de la classe nécessiteuse, de bénéficier de soins médicaux et chirurgicaux appropriés à l’étranger. A cause du coût exorbitant d’une telle initiative, le club cinquantenaire (janvier 2012) a décidé depuis 2010 de faire traiter le maximum de ces enfants dans le pays. Pour le moment nous avons environ 150 enfants qui sont déjà opérés en Haïti, a affirmé le docteur Joseph Guillaume, un membre de Rotary Club de Port-au-Prince. Parmi lesquels il y a deux ou trois décès, tous les autres sont actuellement en bonne santé.

Afin d’avoir de meilleurs résultats et d’aboutir à un plan commun d’intervention pour les enfants, le club a réuni, le temps d’un forum,  des institutions qui pratiquent chacune des interventions cardiaques. Il s’agit des hôpitaux Bernard Mevs,  St-Damien, St- François de Sales,  l’Hôpital universitaire de Mirebalais,  l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti et  la Clinique Lambert. Il s’agit aussi d’institutions comme Haïti Cardiac Alliance, qui assure un recensement de tous les enfants ayant des problèmes cardiaques du pays, et de Gift of Life International, une division de Rotary qui s’occupe de chirurgie cardiaque.

En effet, le pays ne dispose quasiment pas d’appareils appropriés pour un tel service et un manque flagrant de professionnels qualifiés se fait sentir. Selon le chirurgien cardiaque, François Lacour-Gayet, qui a présenté un état des lieux de la pratique de la cardiologie en Haïti,  il n’y a que 16 cardiologues pour 10 millions d’Haïtiens alors que les anomalies cardiaques sont la plus fréquente anomalie congénitale en Haïti avec une incidence de 0,7 % des naissances.

« Des 16 cardiologues, seulement quatre font de l’échographie, a déclaré le docteur Rodolph Malbranche, chef de service en médecine interne à l’HUEH. Il n’y a pas de formation de base.  Le docteur a estimé qu’il faut s’attaquer aux problèmes de formation de base des cardiologues, des échographistes et aux problèmes d’infrastructures appropriées pour pratiquer le précieux métier. Une position partagée par la brochette de médecins et de représentants d’organisations  dont le consul honoraire de l’Inde en Haïti, Eddy Handal qui ont pris part à l’activité.

C’est dans ce contexte que le club a jugé important d’organiser le forum. Son but, selon le docteur Joseph Guillaume, c’est de rassembler les enfants ayant des malformations cardiaques et de trouver des fonds pour les soigner.  « Nous avons besoin de l’argent pour non seulement acheter des matériels mais aussi pour assurer le déplacement des professionnels étrangers qui viennent faire les opérations en Haïti, a-t-il avancé. Nous voulons, en outre, former des médecins, des infirmières et des techniciens haïtiens, afin qu’un jour ils aient eux-mêmes l’habileté de faire ces opérations…